Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue

Entrer en résistance pour faire évoluer le système politique Français. C’est se Rassembler pour l’instauration du Référendum d’Initiative Citoyenne libre et souverain et de la Démocratie semi-directe.

Entrer en résistance, en adhérent au R.L.S. est une prise de position tout à fait légitime, compte tenu de la situation politique actuelle de la France. Cette action est en conformité avec la constitution qui est bafouée par nos gouvernants.

CONSTITUTION
PRÉAMBULE

Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.
En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d’outre-mer qui manifestent la volonté d’y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique.

Article 1er
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

TITRE IER
DE LA SOUVERAINETÉ
Article 2
La langue de la République est le français.
L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L’hymne national est la « Marseillaise ».
La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Article 3
La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.
Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.
Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret.
Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques.

Article 4
Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.
Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi.
La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation.

Légitimations théoriques de la révolte
Dans le droit En France, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 affirme le droit de résistance à l’oppression comme un des droits de l’homme avec la propriété, la sûreté et la liberté.

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » – Article 35
Ces quelques principes constitutionnels, justifient pleinement l’action du collectif :
« Rassemblement pour l’instauration du Référendum d’initiative citoyenne libre et souverain et de la démocratie semi-directe ».
Il n’y a aucune ambiguïté sur le principe fondamental défendu par le R.L.S.
Il reste aux citoyens à se rassembler pour agir dans le bon sens.
contact@referendum-souverain.org
http://www.referendum-souverain.org

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *