Le collectif pour l’instauration du R.L.S : une opportunité nouvelle

Le Collectif est ouvert à toutes et à tous. Il ne s’oppose pas du tout à l’existence des partis politiques qui sont un mal nécessaire. Dans la démocratie représentative, chacune des idéologies défendues a sa place.

Toutefois, dans la lutte pour le pouvoir que se livrent les partis, on constate aujourd’hui, qu’aucun d’entre eux, n’est majoritaire. Le système de votation à deux tours, donne à un candidat une majorité relative, d’autant plus que les abstentionnistes sont de plus en plus nombreux et dans certains scrutins, majoritaires absolus. C’est bien la preuve que les électeurs ont de plus en plus de difficulté à donner leur confiance à un candidat.

Ils sont certainement plus à même à se prononcer sur des propositions concrètes sous forme de référendum. Ils sont majoritaires à le souhaiter.

C’est ainsi que dans la pratique, les gouvernants au pouvoir font plus de mécontents que de satisfaits car ils ne sont jamais dans une vraie majorité par rapport au Corps électoral. C’est pourquoi, l’alternance est devenue la règle.

De ce fait, les nouveaux élus, souvent par principe, détruisent ce qu’ont fait leurs prédécesseurs et se contentent de « réformettes » et le pays ne se réforme pas en profondeur comme il devrait le faire pour résoudre l’imperfection de sa gestion depuis des décennies. La France avance en crabe : un coup dans le zig, un coup dans le zag.

C’est cette situation politique complexe que le Collectif propose de modifier en défendant un principe démocratique absolu : le Référendum Citoyen Libre et Souverain pour contre balancer la démocratie représentative.

Nous défendons l’idée que nos compatriotes, s’ils sont en capacité d’élire leurs représentants d’après un programme, ils sont également en capacité de se prononcer pour des réformes précises émanant du peuple lui-même.

« On est jamais mieux servi que par soi-même ».

Notre objectif est de construire une force nationale réformatrice qui se prononce en faveur de la mise en place d’un système qui permette aux citoyens d’instaurer un contre-pouvoir, afin que les élus ne soient plus juges et partis.

Dans la démocratie représentative, le mandat impératif est strictement interdit constitutionnellement. L’élu n’a donc aucun compte à rendre à personne. Mais dans les faits, il est en revanche contraint de respecter les préconisations de son parti, au risque de plus être réinvesti à l’élection suivante.

La démocratie représentative est donc un faux semblant.

L’existence d’un contrepouvoir citoyen, aura le mérite d’obliger les élus à être au service de leur pays sous peine d’être immédiatement sanctionnés par un vote contraire à leurs décisions.

Les Français deviendront maitres de leur destin et ne pourront plus se comporter comme des Gaulois qui critiquent leurs gouvernants, mais comme de vrais acteurs de la vie politique.

Cette nouvelle démocratie à la Française, permettra certainement de traiter équitablement le peuple de France, ce qui aujourd’hui est loin d’être le cas. Les gouvernants ont trop tendance à utiliser le «  diviser pour mieux régner. »

 Le  RLS c’est rassembler pour mieux gouverner.

Bien sûr, il faut pour atteindre cet  objectif, réveiller les Français et leur donner envie d’un vrai changement de comportement.

C’est un challenge passionnant, valorisant, qui nécessite l’adoption d’une pédagogie indispensable, car il faut faire évoluer les états d’esprit.

Ce sera le rôle de tous les ambassadeurs du   RLS.

Pour convaincre, il faut avant tout être convaincu et déterminé à résister à l’oligocratie actuelle.

 

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *