Une insulte envers les Français

Réponse à l’Objection n°1 des opposants au R.L.S. : Les Français ne seraient pas compétents pour expliciter ce qui est l’intérêt général, donc de participer efficacement au référendum

Quand on est démocrate, on admet le PRINCIPE que le peuple (démos) est capable de décider. Si on avait exigé qu’il fasse d’abord la preuve de quelque compétence que ce soit, le suffrage universel n’aurait jamais été institué ! Cet argument avait été invoqué contre le droit de vote des femmes. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Cette objection est une insulte envers les Français.

Si les électeurs sont capables de choisir, lors d’une élection, le meilleur candidat ou le meilleur programme, comment ne pourraient-ils pas prendre la bonne décision lors d’un vote référendaire où il s’agit de se prononcer sur une question ? Si les citoyens étaient globalement incompétents, il faudrait en toute logique supprimer les élections et confier la gestion du pays à des « experts » !

Les citoyens ne peuvent pas, en général, étudier chaque dossier à fond et ils ont recours à des « raccourcis » d’information mais il en est de même des programmes présentés par les partis politiques. La problématique est rigoureusement identique.

Toutefois, on constate que c’est dans les cantons suisses qui recourent le plus fréquemment au R.I.C que les citoyens ont le plus de connaissances politiques. De même, les citoyens européens consultés par référendum sur les traités européens ont une meilleure connaissance des institutions européennes que ceux des pays qui sont passés par des votes de leurs parlements.

Chaque personne est par définition responsable de ses actes et donc capable de prendre une décision sur des sujets qui la concernent directement. Les « experts » peuvent éclairer le débat, mais en aucun cas être ceux qui le tranchent, ce qui est le cas aujourd’hui en France.

On ne peut pas admettre que les décideurs soient juges et partis.

C’est pourquoi cette réforme devrait être imposée par l’ensemble de celles et de ceux qui aujourd’hui critiquent notre modèle politique. Ils représentent plus de 80 % de la population.

Les médias, s’ils étaient responsables devant leurs lecteurs et indépendants de l’oligocratie, devraient s’emparer de ce thème afin de lancer un grand débat national sur ce sujet brûlant.

Il n’est pas contestable que les partis politiques divisent le peuple et que cette caractéristique leur permet de mieux régner.

C’est la raison pour laquelle il serait salutaire pour le devenir de notre pays, que les Citoyens se rassemblent au sein d’un collectif indépendant des partis politiques et dont le seul objectif est de mettre en œuvre le principe du Référendum citoyen libre et souverain. Ce qui différencie le  collectif des partis politiques : c’est le respect des termes essentiels de notre constitution : la souveraineté du peuple et la démocratie. Si  les partis politiques respectaient intégralement notre constitution, ils seraient dans l’obligation de soutenir la proposition du Collectif pour l’instauration du référendum citoyen libre et souverain. Pour l’instant ce n’est pas le cas.

Il est infiniment souhaitable qu’une grande majorité de citoyens ait la lucidité d’admettre cette situation et y résiste en adhérant au Collectif. La finalité étant d’adopter la démocratie semi-directe qui met nos gouvernants sous le contrôle des citoyens et dans l’obligation de respecter leur  volonté majoritaire. C’est cela la souveraineté du peuple et la démocratie. Et rien d’autre.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *